Devenir free-lance : Les 3 croyances

by Ama Illustratrice
Beaucoup de personnes rêvent de travailler en free-lance : Fini les transports en commun, la voiture, ou les deux.
Fini le besoin d'être tiré(e) à 4 épingles pour se rendre au travail, fini le patron / chef pénible toujours sur ton dos...
Fini également les réunionites, les heures supplémentaires qui n'étaient pas prévues.
Mais la raison ultime, celle qui est la plus délicieuse, c'est bien sûr la possibilité de t'occuper de ton enfant avec ton classeur sous le bras (si tu en as), pouvoir étendre ton linge entre deux dossiers, préparer le repas du soir pendant que tu es en rdv téléphonique... 
Ah la la... la belle vie quoi. Non seulement tu pourrais assurer en tant que desperate housewife (man) mais tu pourrais en plus être un(e) business (wo)man ... C'est pas beau tout ça ?   
Alors si tu souhaites te mettre à ton compte pour une de ces raisons, et bien je n'ai qu'une chose à te dire.... Abandonne tout de suite cette idée !
Et je vais t'expliquer pourquoi.
Tu le sais peut-être déjà, je suis la maman de jumeaux (si si !) Et j'ai donc j'expérimente la chose depuis plusieurs années maintenant.
Je vais donc te lister ci-dessous pourquoi, à mon sens, tu fais fausse route. 
  • Erreur n° 1 : Mélanger travail et vie privée c'est de l'auto-sabotage
Si tu penses pouvoir développer ton business en mélangeant ta vie privée et ton business ...et si tu y arrives, alors merci de me contacter de ce pas pour me donner ton secret !!
Il faut bien garder à l'esprit que pour pouvoir faire tourner une entreprise, il faut souvent travailler bien plus qu'un salarié classique, surtout au début de ton activité. 
Par ailleurs, tu vas devoir porter plusieurs casquettes : celle de ton coeur de métier bien sûr, mais également celle de comptable, commercial(e), community manager, secrétaire et j'en passe. Rajouter la casquette de maman en plus et c'est la cata !
Alors oui bien sûr, cette activité va te permettre plus de flexibilité dans tes horaires puisque c'est toi qui les choisis, de pouvoir gérer les imprévus du quotidien (aller chercher ton enfant qui est malade à l'école par exemple). Mais ce temps il faudra le récupérer d'une manière où d'une autre.
Pour que tu sois efficace, il te faut dans la mesure du possible aménager un espace de travail : une table ou un bureau, puis du rangement. Un coin (une pièce c'est encore mieux) qui te permette de ranger tes documents de façon à pouvoir facilement et rapidement accéder aux informations. 
Si tu en as la possibilité, c'est déjà un bon départ.
Rester en pyjama une journée de travail à mon sens te rendra moins productive(f). Pourquoi ? Parce que dans un premier temps c'est important de se mettre dans une condition psychologique de travail. Ensuite tu seras probablement amené(e) par exemple à avoir des rendez-vous Skype ou bien recevoir un colis du facteur. Et puis c'est quand même mieux pour le moral et l'estime de soi à moyen et long terme. 
Donc travailler sur son ordi en regardant les feux de l'amour ... On oublie !
Étant illustratrice, je dessine souvent en écoutant de la musique par exemple ou en écoutant des podcasts, j'avoue que pour moi c'est un luxe plus qu'appréciable !
Erreur n° 2 : Ne pas garder un filet de sécurité au cas où
  
Tu as trouvé l'activité de ta vie, celle qui va te permettre de t'épanouir... (je connais ce sentiment !) Félicitations !
Tu es convaincu(e) de la viabilité de ton projet qui ne peut que fonctionner et je te le souhaite, mais... malheureusement, la nature même du statut de free-lance, c'est de ne pas savoir quand
ton business va prendre et surtout SI il va prendre.
Il te faudra peut être des semaines, des mois, voire des années pour te générer un revenu, et en attendant, il faut bien manger et payer ses factures.
C'est la raison pour laquelle se lancer sans assurer ses arrières est à mon sens une grosse erreur qui pourrait te coûter cher si tu n'as pas de quoi te retourner en cas de pépin financier.
Erreur n° 3 : Négliger la dimension sociale
Tu le sais certainement déjà, l'être humain est un être social / sociable (plus ou moins selon les individus).      
Alors effectivement, peut-être que ta collègue Simone te tape franchement sur les nerfs en ce moment, que ton chef n'a pas voulu valider tes congés ou t'augmenter (parfois les deux) et que tu t'imaginerais trop bien sans tous ces "parasites" qui polluent ton espace.
Mais, il faut savoir qu'en tant que free-lance, tu ne te retrouveras plus en pause avec les collègues que tu apprécies, tu n'auras plus de réunions durant lesquelles tu pourras échanger, partager tes idées et te confronter. Ca te soulagera un moment de te lever de ta chaise et prendre l'air tranquillement à la fenêtre sans personne pour t'enquiquiner... mais dans 3 mois ? Comment te sentiras-tu ?
Il est important de te poser cette question, car être free-lance, c'est souvent se confronter à la solitude. Certaines personnes n'attendent que cela, d'autres à petite dose et enfin, les personnes que ça fini par rendre dépressifs : C'est la raison pour laquelle il est important que tu t'interroges sur le sujet avant de te lancer.
Bien évidemment, il y a des parades pour réduire ce sentiment de solitude comme les réseaux sociaux, le co working, le co homing, les salons et autres rassemblements !

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.