Comment aborder un sujet difficile avec son enfant ?

by Ama Illustratrice

En ce 10 mai 2019 (date "choisie" pour commémorer l'abolition de l'esclavage), je pense à l'une des questions que je redoute le plus 😕, mais qui viendra en son temps : “Maman, c'est quoi l'esclavage ? 😰”

esclavage

Ce qui me crève le coeur, c’est de retirer une part d’innocence à mes petits 😔 (pour rappel, j’ai des jumeaux de bientôt 3 ans, une fille et un garçon) et de leur montrer la partie la plus sombre de l'humanité... Un passage obligé, mais dont je me serais bien passée.

En tant que parents, nous devons les informer et de les armer au mieux pour affronter les aspects difficiles (parfois dramatiques) de la vie.

Avant de se dire qu’on va éviter le sujet le moment venu, voici quelques pistes qui vont probablement nous aider, vous comme moi, à vivre ces moments le plus sereinement possible !

Il s’agit ici de l’ensemble de recherches, de réflexions et d’échanges avec d’autres mamans que j’ai compilé ici. J’ajouterai certainement du contenu en fonction de l’évolution de ma réflexion sur le sujet : Mais passons aux choses sérieuses !

esclavage

1 - Utiliser des livres comme support de compréhension

On trouve pléthore de livres jeunesse abordant différents thèmes sensibles ou difficiles. Des livres sur la mort, le divorce, la maladie, la violence conjugale etc.. Si vous en cherchez, le plus simple est de vous rendre sur le site web Pinterest : Je trouve ce moteur de recherche idéal pour ce type de recherche. Il vous suffit de taper les mots-clés : “livre jeunesse + “le thème difficile” .

Par exemple j’ai cherché “livre jeunesse + esclavage” . J’ai tout de suite trouvé des livres francophones sur le sujet. Parfait !

Beaucoup de livres (surtout les plus récents) sont écrits et illustrés de telle sorte que l’enfant soit protégé grâce à différentes techniques de narration et d’illustration.

Cela peut être le recours à des animaux (anthropomorphisme ) pour créer une distance avec la réalité trop difficile et rendre donc l’histoire plus facile à vivre.
Cela peut être également l’utilisation de symboles ou de représentations dans le texte, permettant à l’enfant de comprendre le sens du sujet sans en recevoir directement la violence qui va avec.

Il y a de nombreuses façons d’aborder un thème difficile, par des angles différents. Beaucoup d'auteurs et d’illustrateurs font preuve d’une grande imagination pour proposer des livres vraiment bien conçus et qui sont d’une aide précieuse pour les parents.

 

2 - Parler en termes simples et vrais

Si vous envisagez de dire les choses de façon trop édulcorée à votre enfant, ou même qui déforment la réalité, je ne suis pas sûre que ça soit la meilleure solution.

Pourquoi ? tout simplement parce que en découvrant la réalité des choses, votre enfant pourrait perdre confiance. Tout d’abord perdre confiance en vous, et puis en lui aussi.

Bien évidemment, il faut essayer de trouver les bons mots, les mots qui correspondent à ce qu’il est capable de comprendre à l’instant T, mais également ceux adaptés à sa maturité affective.

Ce qui est important aussi, c’est d’aborder le sujet à un moment propice, quand votre enfant est serein, détendu et … vous également ! Aborder un sujet difficile en étant nerveu(se)(x) ou avec un air grave ne ferait que stresser l’enfant inutilement. Une étude de Jérôme Kagan, professeur de psychologie à Harvard, montre que l’enfant serait surtout réceptif à l’attitude, au non-verbal.

 

3 - Regarder des animations

Si il est en âge de regarder des dessins animés ou autres livres numériques sur les thèmes qui le questionnent, ce peut être aussi une bonne alternative ( En restant près de lui pour répondre à ses interrogations ).

 

4 - Lui montrer également les belles choses de ce monde

Après un échange sur un sujet si difficile, pourquoi ne pas la fois suivante aborder un sujet qui met du baume au coeur ?
Vous pouvez trouver des bonnes nouvelles sur le magazine web Minutes News avec sa rubrique positive par exemple ( ça fait du bien au moral de lire ces articles et certains pourraient bien intéresser votre enfant ! )

 

5 - L’encourager à se confier à des adultes de confiance

Même si les enfants sont de nature curieux, parfois selon l’âge, certains enfants se posent des questions mais par pudeur, par peur ou par gêne, ils gardent leurs interrogations pour eux. Encourager son enfant à s’exprimer auprès d’un adulte de confiance est un bon moyen de l’aider à effacer ses doutes, ses craintes et répondre à ses interrogations, même les plus délicates pour lui.

 

6 - Lui poser des questions, lui demander ce qu’il a compris sur le sujet

Lorsque je demande à mon fils ou ma fille s’ils ont compris ce que je viens de leur dire, parfois ils me répondent “oui Maman”. Je me rends compte que ça n’est pas toujours le cas.

Mais comme ils ne veulent pas me décevoir, ils préfèrent répondre ce que j’ai envie d’entendre. Je leur explique alors différemment en essayant de faire plus simple, plus clair.

Parfois l’enfant se pose des questions qu’il ne formule pas : c’est le moment de lui proposer d’en parler en cas de besoin.

L’idée est avant tout de renforcer le sentiment de sécurité de l’enfant tout en ne niant pas la réalité des choses, trouver le bon équilibre. Je dirais que des explications claires, une écoute et une bienveillance sont déjà les bons ingrédients de base !

Et vous, avez-vous des pistes de réflexion pour aborder les sujets difficiles avec votre enfant ? N’hésitez-pas à les laisser en commentaire : Plus on en a, mieux c’est !

 


Laissez un commentaire

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.